Conseillère communale Ecolo-Groen à Auderghem, travailleuse sociale à Schaerbeek.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

19 mars, 2014

Les "Greennominations", ou comment les candidats présentent les idées phares d'ECOLO en 1 minute!

Depuis quelques semaines, les vidéos très controversées de "neknominations", illustrant des jeunes invitant trois amis à boire d'une traite un verre d'alcool. Ces vidéos ont fait un véritable buzz sur les réseaux sociaux. Le concept a ensuite été transformé en "smartnominations" consistant à faire une bonne action avant d'inviter trois autres personnes à en faire de même.

Maintenant, c'est au tour d'ECOLO d'exploiter ce concept. Les candidats ECOLO expliquent dans des petites vidéos d'une minute la raison pour laquelle ils voteront ECOLO aux prochaines élections ou pourquoi ils sont candidats sur une liste ECOLO. Après cela, ils nomineront à leur tour trois personnes pour faire la même chose.

Retrouvez les "greennominations" ci-dessous :

30 janvier, 2014

Une conseillère communale empêchée de participer aux travaux du Conseil Communal, pour la deuxième fois!

Une fois de plus, il ne me sera pas permis de sièger au conseil communal de ce soir.

Trouvez ci-près une copie de mon communiqué de presse:
Communiqué de presse :jeudi 30 janvier 2014 – Une conseillère communale empêchée de participer aux travaux du Conseil Communal, pour la deuxième fois : qu'a fait Mr COURARD depuis le mois de novembre 2012 ? (Auderghem)

Mr COURARD, il y a plus d'un an vous preniez l'engagement d'étudier la situation des femmes en congé de maternité ayant un mandat politique au Conseil Communal, qu'avez-vous fait depuis le mois de novembre 2012, suite à une interpellation de Zakia Katthabi, député ECOLO ?

Ce jeudi 30 janvier 2014, les conseillers communaux et le Collège auderghemois se réuniront pour la séance hebdomadaire du conseil communal. Tous les conseillers sauf une, Elise Willame, conseillère communale ECOLO/GROEN qui ne pourra pas exercer son mandat, et ce pour la deuxième fois depuis le début de la législature. La raison est simple, Elise Willame se trouve être en repos de maternité et cela lui impose de ne prester aucune activité, et donc de participer au conseil communal selon l'article 115 de la loi du 14 juillet 1994 relative à l'assurance obligatoire de soins de santé et indemnités.

Selon cet article, si une conseillère communale, conseillère de l'aide sociale ou une conseillère de police assume le mandat pour lequel elle a été élue, elle se confronte au risque de perte de ses indemnités de congé de maternité accordé par l'INAMI.

Elise Willame, s'était déjà retrouvée dans la même situation en novembre 2012, lors de l'installation du nouveau conseil communal. Une solution avait donc été prévue à l'époque par l'INAMI, celle-ci avait pu prêter serment, mais avait ensuite dû sortir, car elle débutait son congé de maternité.

À l'époque, le secrétaire d'État, Mr Philippe Courard avait déjà été interpelé par Mme Zakia Khattabi, députée ECOLO, mais force est de constater que, depuis, la situation n'a pas évolué.

La position d'ECOLO est claire, cette incompatibilité de l'exercice de ce mandat et l'indemnité de maternité représente une entrave à la participation des femmes à la prise de décision politique et ne leur permet pas d'assumer le mandat pour lequel elles ont été élues pas les citoyens. ECOLO réclame une égalité entre les différents bénéficiaires d'allocations. En effet, les bénéficiaires d'allocation de chômage sont autorisés à siéger à condition d'en informer leur caisse d'assurance chômage. Pour les personnes en situation de maladie ou d'invalidité, celles-ci doivent obtenir l'accord de la mutuelle sur avis du médecin-conseil. Il n'existe par contre aucune règle pour la femme en congé de maternité.

Si nous pouvons tout à fait nous réjouir d'une féminisation et d'un rajeunissement des conseils communaux locaux, il serait aussi indispensable de revoir cette règlementation pour maintenir l'égalité entre femmes et hommes et la possibilité d'exercer un mandat local pour lequel les femmes ont été élues.

On en parle dans la presse :
RTBF.be (31 janvier 2014) : Auderghem: une conseillère n'a pas pu siéger car elle est en congé de maternité

29 janvier, 2014

Mobilisons-nous pour le droit à l'avortement en Espagne!

affiche_MPF.jpg

Ce mercredi 29 janvier 2014, je serais au côté des ONG, des associations et des femmes, hommes qui se mobilisent pour le droit des femmes à disposer de leurs corps. "Un bébé quand je veux, quand je veux", cet adage semble s'éloigner de plus en plus de la réalité des femmes espagnoles. En effet, la loi promulguée par le gouvernement Zapatero légalise l'Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) jusqu'à 12 semaines de grossesse. Avec la nouvelle réforme, ce droit des femmes disparait. Seuls les viols ou les situations de dangers prouvés pour la vie physique et psychique de la femme lui permettent d'interrompre sa grossesse.

Cette restriction dangereuse de droit des femmes à disposer de leurs corps est une situation intolérable. Ce projet de réforme va réduire les possibilités des femmes souhaitant avorter à se rendre à l'étranger (avec tous les frais qui y sont liés) ou à recourir à un avortement clandestin avec un risque accru pour sa santé, sa fécondité future.

Nous ne pouvons pas rester insensibles à cette grave régression du droit des femmes. Cette question dépasse la souveraineté nationale. Rappelons-nous qu'à l'heure où les courants extrémistes sont de plus en plus présents au sein du Parlement Européen, le droit à l'IVG n'est pas un droit acquis pour toujours!

Mobilisons-nous et restons vigilants!

22 janvier, 2014

Un nouveau modèle institutionnel pour Bruxelles face aux grands défis à venir.

2533447203_9e5c7537e6_z.jpg

photo: Erf-goed.be

Boom démographique, fracture sociale au sein de la population, cohésion sociale, renforcement de l'enseignement qualifiant, le logement pour tous... voici une série de défis et d'enjeux qui devront être à l'ordre du jour des prochaines politiques publiques bruxelloises.

Face à ces défis, nous retrouvons des autorités multiples et peu lisibles pour les citoyens : Région de Bruxelles-Capitale, Fédération Wallonie-Bruxelles, Vlaamse Gemeenschapcommissie, COCOF, COCOM, ajoutez à cela les 19 communes, 19 CPAS, 6 zones de police... bref, pas si simple de s'y retrouver.

En plus de cette complexité, nous nous retrouvons face à un nombre incroyable de mandataires. Pour ne citer qu'un exemple, pour ce qui est des matières « sociales-santé », 7 ministres sont compétents et trous niveaux de pouvoirs sont concernés (Fédéral, Communauté et Commissions Communautaires). Imaginez la difficulté de trouver un accord entre toutes ces entités…

Lire la suite...

25 novembre, 2013

ECOLO Bruxelles en ordre de marche, direction mai 2014

Ce mercredi 20 novembre, l'assemblée générale bruxelloise ECOLO s'est réunie et nous avons désigné nos têtes de liste et nos candidats(es) aux places stratégiques pour les élections du mai 2014. Une liste équilibrée, forte de « nouveaux » et d' « anciens », de francophone et de néerlandophone. Bref, une liste très bruxelloise ! J'ai la chance de participer à cette aventure à la 3e place de suppléance.

Et maintenant en route pour mai 2014 !

Lire la suite...

30 juin, 2013

Le retour de la taxe combi à Auderghem: quelle place pour la prévention?

Le jeudi 27 juin dernier, le Collège des Bourgmestres et échevins d'Auderghem a remis sous les feux de l'actualité sa fameuse taxe combi. Ce règlement taxe sanctionne les individus se trouvant en état d'ivresse sur la voie publique lors d'une intervention policière. Cette taxe avait déjà été proposée en 2010, mais la tutelle régionale avait alors mis son véto. Peut-on parler de rage taxatoire à Auderghem?

Lire la suite...

25 avril, 2013

Pour une gestion optimale des demandes d'inscription en crèche

photo2.jpg

Crèche communale "Les Mômes" à Auderghem

En Fédération Wallonie-Bruxelles, il existe un large accord pour considérer que l'accueil ne doit pas être réservé aux seuls enfants dont les parents travaillent et pour estimer que son accessibilité (accessibilité sociale, économique,  culturelle et géographique) à toutes les familles constitue un des critères d'appréciation de la qualité du secteur. Cette revendication d'accueil universel a aussi été affirmée dans le cadre de la Charte Petite Enfance (1991) et dans le Plan pour une politique coordonnée de l'Enfance (1994). Elle est reprise dans le préambule de la règlementation des milieux d'accueil subventionnés depuis 1994.

Mais il ne s'agit que d'une intention, car le droit à l'accueil ne figure pas dans notre législation et le contexte est marqué par la pénurie de places.

Lire la suite...

- page 2 de 3 -